Le Code de déontologie des médecins

Les relations entre professionnels et les relations avec le Collège

En cours de révision

La collégialité comporte des exigences sur le plan des relations entre médecins et avec les autres professionnels. Le dénigrement ou le harcèlement, entre autres, n’est acceptable sous aucune forme. Le médecin traitant doit fournir au médecin consultant tous les renseignements qu’il possède et  qui sont pertinents à l’examen, à l’investigation et au traitement. De son côté, le médecin consultant doit répondre, par écrit et avec diligence, à la question qui lui est posée, en faisant état des résultats de sa consultation et des recommandations qu’il juge appropriées.  De plus, dans les situations d’urgence, le médecin a l’obligation d’assister un confrère qui demande son aide.

En outre, le médecin doit collaborer avec le Collège et ne pas entraver, intimider ou dénigrer ses représentants dans l’exécution de leur mandat de protection du public. Ainsi, il doit se rendre disponible lorsque sa présence est requise. Le Code oblige le médecin à informer le syndic de tout acte dérogatoire commis, à sa connaissance, par toute personne autorisée à exercer la médecine. Il doit également signaler au Collège toute personne inapte à l’exercice, incompétente ou malhonnête.

La protection du public commande le plus grand respect de la lettre et de l’esprit du Code de déontologie dans la vie quotidienne de chaque médecin. De cette préoccupation constante dépendent en retour le respect et la confiance de la population envers la profession en général. Même si certaines règles peuvent paraître imprécises, difficiles à appliquer ou trop exigeantes, notamment les devoirs relatifs à la prise en charge et au suivi ou l’obligation de signaler un confrère au Collège, il est important de les observer scrupuleusement, tant pour assurer la protection du public que dans l’intérêt des membres de l’ordre professionnel.

Dernière mise à jour: 2012-12-19