Le Collège des médecins du Québec et les autres regroupements de médecins

Les autres regroupements de médecins

En cours de révision

Il existe depuis très longtemps des regroupements volontaires de médecins qui poursuivent trois grands objectifs : 

  • scientifiques : maintenir et promouvoir la qualité de la pratique professionnelle;
  • syndicaux : défendre les droits et les conditions de travail des membres;
  • sociaux : offrir des services d’aide et du soutien à leurs membres ou promouvoir certaines causes.

Sur le plan scientifique, divers organismes, tels le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada (CRMCC) pour les médecins spécialistes ainsi que le Collège des médecins de famille du  Canada (CMFC) et sa section québécoise, le Collège québécois des médecins de famille (CQMF) pour les médecins de famille, assurent la normalisation et la reconnaissance de la compétence de leurs membres et participent, dans leurs domaines respectifs, à l’agrément des programmes de formation offerts dans tout le pays. Il y a aussi au Québec des regroupements qui, en plus des objectifs scientifiques, visent à assurer le soutien de leurs membres, telles Médecins francophones du Canada, l’Association des conseils des médecins, dentistes et pharmaciens du Québec (ACMDPQ), l’Association médicale du Québec (AMQ) qui est la section québécoise de l’Association médicale canadienne (AMC).

Sur le plan syndical, les médecins omnipraticiens ont été les premiers à créer des associations régionales, qui se sont regroupées pour constituer la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ). La FMOQ compte des associations régionales et deux associations provinciales, l’Association des médecins œuvrant en établissements psychiatriques et l’Association des médecins de CLSC.

Les médecins spécialistes, quant à eux, se sont regroupés peu après en fondant des associations qui réunissaient, à l’échelle provinciale, les médecins d’une même spécialité. Ces associations forment la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ).

Les médecins en formation ont emboîté le pas en créant la Fédération des médecins résidents et internes du Québec (FMRIQ) devenue par la suite la Fédération des médecins résidents du Québec (FMRQ). Dès le début de leurs activités, les associations d’étudiants en médecine de chacune des quatre facultés de médecine du Québec se sont regroupées pour constituer la Fédération médicale étudiante du Québec (FMEQ).

Les fédérations de médecins jouent un rôle très important dans l’organisation de la médecine au Québec, en négociant des ententes avec les autorités gouvernementales. En effet, la FMOQ et la FMSQ se sont fait reconnaître comme les organismes représentatifs des médecins et, à ce titre, elles négocient les modes et les niveaux de rémunération des médecins. La réalisation de leur mandat les amène aussi à influer sur les conditions d’exercice de la médecine. Les fédérations ont beaucoup contribué à la valorisation du statut professionnel de leurs membres, en particulier grâce à leur engagement soutenu dans les activités de développement professionnel continu. Les médecins du Québec ne sont pas obligés d’appartenir à une association syndicale. Cependant, en vertu de la formule Rand, ils sont tenus de payer une cotisation, qui est prélevée à la source par la Régie de l’assurance maladie du Québec.

Sur le plan de l’aide et du soutien aux médecins, les fédérations médicales sont soucieuses d’offrir plusieurs services  à leurs membres, notamment des fonds de placement et des régimes d’assurances. L’Association canadienne de protection médicale (ACPM) agit comme une mutuelle d’assurance-responsabilité professionnelle regroupant la plupart des médecins dans l’ensemble du Canada.

Par ailleurs, l’existence de regroupements de médecins a permis de mettre sur pied, en 1990, le Programme d’aide aux médecins du Québec (PAMQ). Conçu pour les médecins en difficulté, ce programme est le fruit d’une initiative commune de l’AMLFC, du Collège des médecins et des fédérations médicales. La mission du PAMQ est de venir en aide aux médecins qui ont des problèmes personnels, sont atteints d’une maladie mentale ou présentent une dépendance, en procédant à une évaluation de chaque situation et en dirigeant les personnes concernées vers la ressource appropriée. Un nombre croissant d’étudiants en médecine, de résidents en médecine et de médecins spécialistes et de famille bénéficient de ce programme. Il importe de distinguer ce programme, visant à aider les médecins en difficulté, du programme de suivi administratif assuré par la DAE du Collège et qui vise, avant tout, la protection du public par la gestion des risques eu égard à l’aptitude à exercer.

Dernière mise à jour: 2010-10-10